C’est quoi un MES ?

Vous êtes-vous déjà demandé ce qu’est un MES ? Dans cet article, je vous propose de découvrir cet outil clé dans le domaine de la production industrielle. Vous comprendrez ainsi l’importance de ce système et son rôle essentiel pour optimiser vos processus de fabrication.

C'est quoi un mes ?

Le MES (Manufacturing Exécution System) est un logiciel qui permet de piloter la production industrielle. On parle aussi de MOM (Manufacturing Operation Management).

On le représente souvent dans une « pyramide », sous l’ERP et au-dessus de la supervision (SCADA). Cette représentation est un peu simpliste, néanmoins, elle permet de présenter le MES.

Le rôle de l’ERP est de piloter l’entreprise dans sa globalité (vente, distribution, comptabilité, finance…). C’est dans l’ERP que les besoins de fabrication des produits sont générés.

Le rôle du MES est de piloter l’exécution de la fabrication. Dans sa globalité, sur chacune des étapes nécessaires à l’élaboration d’un produit. Il permet de recueillir et de partager l’ensemble des informations liées à la fabrication (traçabilité matière & process, temps machine & main d’œuvre, contrôle qualité, énergie…)

Le rôle de la supervision est de piloter en temps réel l’équipement de production. Tous les industriels n’ont pas forcément de système de supervision, on le retrouve sur les process qui nécessitent des équipements complexes pour transformer la matière (chimie, métallurgie, agroalimentaire…). Il est possible d’avoir des systèmes de supervision différents en fonction des étapes de fabrication.

Le MES prend sa valeur ajoutée s’il communique avec l’ERP et la supervision. C’est cette continuité numérique qui lui permet recueillir et restituer les données pertinentes.

Qui utilise un MES ?

Qui utilise un MES ?

Ce schéma représente les différents utilisateurs en fonction des systèmes ERP, MES et SCADA. Il est loin d’être exhaustif, seules certaines fonctions sont représentées, néanmoins il permet de montrer l’essentiel : l’utilisateur central du MES, c’est l’opérateur de production !

C’est la personne qui réalise physiquement l’opération de fabrication, qui réalise également la saisie des informations de cette opération.

Dans le cas où une supervision est présente, celle-ci est naturellement l’outil principal de l’opérateur. C’est sur l’écran de supervision que l’opérateur pilote l’exécution de son opération.

Néanmoins, il est important que le MES soit aussi présent sur le poste de l’opérateur. Le rôle du MES est alors de recueillir et de centraliser les données de fabrication. L’opérateur à une contribution essentielle pour valider la conformité des données dans le MES (traçabilité matière et process).

De plus, le MES permet le partage d’information entre opérateurs (ex : consultation des données venant des opérations en amont).

Le chef d’équipe fait aussi partie des utilisateurs principaux du MES. Le MES lui fournit des indicateurs « terrains » lui permettant de bien piloter son atelier.

Aussi, le chef d’équipe a des permissions spécifiques dans le MES, notamment en cas d’aléa, pour modifier les instructions de fabrication (ordonnancement, dérogations…).

Où est le MES dans l’usine ?

La place du MES est naturellement dans l’atelier de fabrication, au cœur de l’usine, pour aider ceux qui produisent.

Néanmoins, comme le montre ce schéma, le MES peut avoir une valeur ajoutée en dehors de l’atelier.

  • Dans les bureaux : sur les données techniques (article, gamme, nomenclature…).
    Pour bien suivre les étapes de fabrication, le MES demande des données techniques précises en compléments de celles définies dans l’ERP.
  • Dans les magasins : sur la gestion des stocks.
    Le système WMS (voire ERP) gère très bien les stocks sur des fonctionnalités standards (réception, mouvement, inventaire…). Le MES peut prendre une valeur ajoutée sur des types de stockage plus spécifiques, notamment pour des matières vrac (liquide, gaz, grains…). Pour ces cas, les règles de gestion sont plus complexes (ex : traçabilité des mélanges), la souplesse du MES va permettre de gérer ces règles. Le MES peut aussi avoir un rôle pour les contrôles à réception réalisés par l’opérateur du quai de réception. Sur une approche semblable aux auto-contrôles réalisés dans l’atelier de fabrication.
  • Dans l’atelier maintenance : sur la gestion des interventions préventives et curatives.
    Le système CMMS (ou GMAO) permet de gérer toutes les activités de la maintenance (parc machine, stock de pièces, interventions des techniciens de maintenance…). Le rôle du MES est de faire le lien entre la production et la maintenance, sur des fonctionnalités de demande d’intervention, de planification de la maintenance préventive (arrêt du moyen de production), de traçabilité des interventions…
  • Dans le laboratoire.
    Les industriels qui ont des besoins d’analyse de leurs produits (chimique, microbiologique, dimensionnel…) utilisent un laboratoire distinct de l’atelier de fabrication. On retrouve fréquemment un système LIMS pour gérer l’activité du laboratoire. Le MES fait également le lien entre la production et le laboratoire, il gère les auto-contrôles réalisés par les opérateurs de production, ainsi que les prélèvements envoyés au laboratoire.

Les MES a donc une place assez étendue dans l’usine, mais inversement, les autres systèmes peuvent aussi être présents dans l’atelier de fabrication. Par exemple, certains ERP couvrent des fonctionnalités de suivi de la fabrication avec des écrans adaptés pour les opérateurs.

Les positionnements des systèmes sont variables en fonction de chaque industriel. Cela va dépendre de l’historique (développement interne ou achat solution du marché), des spécificités métiers et de la complexité de l’outil industriel.

Pourquoi mettre un MES ?

Pour améliorer sa production industrielle.
Le MES va permettre de recueillir les données de fabrication puis de les restituer aux bonnes personnes et au bon moment.

Ce schéma présente les données habituellement gérées par le MES, regroupées dans les catégories de sécurité, qualité, coût et délai.

Le MES prend toute sa valeur ajoutée s’il reçoit bien ses données, en provenance de saisies utilisateurs ou d’interfaces avec d’autres systèmes. L’analyse de ses données va permettre de définir des plans d’action pour améliorer la sécurité, réduire les coûts, améliorer la qualité et mieux respecter les délais.

On pense habituellement à cette approche « plan d’action », néanmoins le MES a contribution encore plus directe. Le fait de partager l’information aux bonnes personnes et au bon moment génère des gains très rapidement.

Par exemple, l’opérateur qui a des indicateurs au poste peut voir et corriger des dérives sur sa machine.
Autre exemple, le partage d’informations entre opérateurs leur permet de mieux anticiper les aléas.

Le MES permet d’adage « mesurer c’est progresser », on peut aussi ajouter celui-ci : « partager c’est progresser ».


Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez accéder à ma formation en ligne « Savoir parler MES ».
Voici le lien vers ma vidéo de présentation.

Cette formation est accessible à tous, quel que soit votre niveau de connaissance en MES.
Mon approche est basée sur une pédagogie par l’exemple et l’utilisation de visuels.
Pour vous permettre de comprendre les concepts MES de manière concrète et intuitive.